Quel type de couverture de toit réaliser soi même en autoconstruction ?

de | 24 octobre 2021

Vous vous êtes décidé à réaliser une petite extension pour votre maison, un atelier ou un abris de jardin, mais voila vous vous posez la question du type de toiture. Nous allons voir dans cet article quels sont les avantages et inconvénients des principaux types de couvertures et celles qui sont les plus faciles à réaliser lorsque l’on est un bon bricoleur. Nous aborderons uniquement les types de toitures durables dans le temps.

Toit plat en EDPM

Le toit en EPDM (membrane en caoutchouc) est généralement un toit plat, même si l’EDPM peut être collé sur un toit en pente (mais c’est moins esthétique).

L’avantage de ce type de toit est qu’il est très résistant au vent, puisque masqué et très léger. Il prend également moins de hauteur qu’un toit en ardoise ou tuile du fait de sa faible pente.

La charpente est constituée de pannes recouvertes de plaques d’OSB. L’isolant peut être mis à l’intérieur ou à l’extérieur sous la membrane d’EPDM et un pare-vapeur est également mis en place entre l’isolant et l’intérieur de la pièce.

L’EPDM est posé ou collé sur son support, OSB ou isolant.

Une légère pente est tout de même nécessaire pour amener l’eau vers la gouttière. Pour l’étanchéité, la membrane remonte sur l’acrotère qui est recouvert d’une couvertine en aluminium évitant que la pluie n’entre dans le mur et sous l’EPDM. l’EPDM se colle parfaitement bien sur divers supports ce qui permet une très bonne étanchéité.

C’est un toit qui ne demande pas d’entretien car l’EPDM est garanti 40-50 ans environ, même exposé au soleil. Une éventuelle réparation est également très facile à réaliser puisque le toit est facile d’accès. Une « rustine » peut être collée pour réparation.

Enfin dernier point positif c’est un revetement peu emcombrant puisqu’il s’achete en rouleaux.

Toit en ardoise, ardoise synthétique

C’est un type de toiture très répandu en France, comme la tuile. Relativement légères, les ardoises peuvent être fixées avec des crochets inox sur des litaux ou bien clouées sur de la volige.  La 1ere méthode permet de pouvoir facilement changer les ardoises abimées.

C’est l’une des toitures les plus couteuses (lorsque l’on utilise de l’ardoise naturelle).

Lors de la mise en oeuvre, les pentes doivent être assez importantes pour les toits en ardoises (au moins 26%), à moins d’utiliser de très grandes ardoises avec un recouvrement important.

Coté durée de vie, une ardoise traditionnelle peut durer environ 100 ans contre 40 ans pour une ardoise synthétique.

Toit en tuile

Les toits en tuiles sont également très répandus, surtout dans la moitié sud de la France. C’est une toiture relativement lourde qui demande une charpente résistante, ce qui est plus difficile à mettre en œuvre en autoconstruction. Tout comme l’ardoise, la pente doit être importante, d’au moins 20%.

Tuile plates, tuiles à emboitement, tuile canal, il existe de nombreux type de tuiles, de poses, de matériaux (béton, terre cuite, ardoise, zinc) et de couleur.

La pose des tuiles se fait par empilement, en utilisant le poids pour le maintien de la toiture, par collage ou avec des crochets.

Tout comme pour l’ardoise la charpente est plus complexe puisqu’elle demande la présence de litaux.

Toit en bac acier

Le bac acier est également intéressant puisqu’il est facile à mettre en place et peut être déjà isolé. 

La pente peut être relativement faible et il est possible de faire un toit type toit plat avec des acroteres masquant le bac acier. En effet la pente peut être comprise en 5 et 15%

La fixation des panneaux de bac acier se font par vissage (avec une rondelle d’étanchéité) sur les pannes et l’étanchéité se fait par le recouvrement des panneaux successifs.

Le principal inconvénient du toit bac acier est qu’il n’est pas parfaitement isolant au niveau thermique et qu’il est imperméable à l’air ce qui engendre des problèmes de condensation sur l’acier simple peau.

Au niveau acoustique également, celui ci peut etre bruyant lors de pluie ou grèle mais c’est 2 inconvénients sont corrigés avec des panneaux bac acier sandwich.

Pour éviter la rouille du bac acier, les plaques sont généralement galvanisées par une fine couche de zinc puis diverses couches de protection et une peinture finale.

Le prix (hors pose et fourniture) peut aller de 10€/m² environ bac acier simple couche et 60€/m² pour un bac acier sandwich avec isolant intégré.

Plutot facile à entretenir les toitures en bac acier résistent bien aux champignons et aux mousses.

Toit en zinc

Relativement cher mais durable et esthétique le toit en zinc est plus difficile à mettre en place pour un bricoleur car le matériau est moins facile à trouver et la pose plutot méconnue. Seuls quelques ouvrages traitent de cette technique peut répandue.

La pente peut être relativement faible pour ce type de toiture, entre 5 et 20%

Les toitures en zinc sont réalisées par assemblage de feuilles ou panneaux de zinc. Ce matériau très léger et très maléable est toutefois très résistant.

Sa technique de pose est assez facile mais il faut posséder le matériel adapté et trouver le matériau.

La durée de vie est longue, comme l’ardoise, autours de 100 ans.

C’est également un type de toiture qui est très résistant et qui demande un faible entretien puisque le zinc résiste naturellement aux mousses, lichen et champignons.

Enfin, le zinc étant un matériau totalement recyclable, c’est une toiture respectueuse de l’environnement.

Quand faire appel à professionnel pour la réalisation de sa toiture ?

Malgré tout chaque type de toiture nécessite une bonne réalisation et demande du matériel, du temps et de la main d’oeuvre. Si l’on n’a pas l’expérience requise, il faut nécessairement se tourner vers un professionnel pour la réalisation de sa couverture de toit

Vous trouverez des professionnels près de chez vous ou bien sur des sites spécialisés dans les devis, sur internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.